Drôles de madeleines

Publié le 10 mars 2009 dans Maroc.

gateaux-au-miel

Je vous proposerais bien de vous servir : les pâtisseries marocaines sont excellentes et elles n’ont rien à voir avec leurs rivales tunisiennes grasses et sucrées qu’on trouve par ici. Bref, vous l’avez compris c’est ma madeleine à moi ! Et je reviens juste d’un stage « madeleines » effectué au Maroc en compagnie de ma mère.
Pour planter le décor, je vais commencer par présenter en images les racines familiales :

D’abord, la poste de Marrakech, place Jemaa el Fna, où un de mes grands pères a fait toute sa carrière de postier.

place-jemaa-el-fna-la-poste

Puis le petit coin de terrain à Marrakech aussi où repose, depuis plus d’un demi-siècle, l’autre grand père mort beaucoup trop jeune. Le gardien du cimetière a aussitôt cueilli une brassée de marguerites et il est allé piquer un vase chez un voisin qui n’a pas protesté.

cimetiere-europeen

Les fleurs sauvages ont envahi ce cimetière qui se retrouve en pleine ville, cerné par les immeubles. C’était magnifique mais on pressent que la pression immobilière va déborder un jour sur ce carré fleuri.

cimetiere-2

Dans les ruelles de la médina, ma mère a cherché l’endroit où elle a habité pendant quelque temps. Ce devait être par ici, mais les grands murs cachent bien les souvenirs…

medina-rue-de-maman medina-rue-de-maman-copie

Pour retrouver un jour la ruelle, j’ai photographié la plaque en français.

La famille a ensuite habité Casablanca où je suis née. Voici l’immeuble où j’ai passé les 20 premières années de ma vie (au 3ème étage). A l’époque, il y avait un petit marché à la place de la mosquée. Les légumes arrivaient sous nos fenêtres sur des grandes charrettes tirées par un ou deux chevaux. Maintenant, il n’y a plus de chevaux dans la ville.

rue-des-ait-isshaq

Mon père travaillait dans les services techniques de la ville de Casa. Je regrette de ne pas avoir insisté pour qu’il m’amène visiter les égouts de la ville qui étaient tapissés, disait-il, de ces bestioles luisantes et rouges avec de longues antennes dont j’ai parlé récemment.

prefecture-de-casa

Ma mère enseignait les maths dans un collège. Nous avons passé la tête à la porte du collège qu’elle avait quitté il y a juste 30 ans. Et le gardien a tout de suite prévenu l’économe qui a appelé tous les collègues qui avaient pu la connaître, et ce fut un moment très sympathique, même si finalement il ne restait que deux personnes qui l’avait croisée.

college-al-ouafa college-al-ouafa-dedans

Voilà c’est la fin de cette séquence historique. Vous reprendrez bien un petit gâteau avec moi?

gourmande

7 commentaires sur “Drôles de madeleines”

  1. brigetoun a écrit :

    on dirait un peu les zlabias de l’Algerie de mon enfance, qui n’ont pas grand chose à voir avec les fines roues que l’on trouve ici et qui doivent être marocaines ou tunisiennes.
    Plus raffiné, plus « oriental », plus touristique que l’Algérie, mais si j’aimerais y aller, j’aime bien le souvenir que j’ai de cette dernière

  2. laTartine a écrit :

    >brigetoun : au Maroc, ce sont des chebbakia, et voilà la recette tirée de l’excellent bouquin de Latifa Bennani Smires (« la » référence des seventies, je ne sais pas si on trouve des rééditions actuelles) :
    Les ingrédients: de la farine, du sel, de la levure de boulanger, de l’eau tiède, du miel. Il faut pétrir énergiquement une pâte à pain puis ajouter de l’eau jusqu’à former une pâte « assez » liquide. Laisser reposer 3h.
    Verser la pâte en zig-zags dans la friture, faire dorer le gâteau de toute part et le plonger bouillant dans le miel très chaud.
    Je peux fournir une recette plus précise aux courageux qui veulent essayer (ce n’est absolument pas mon cas…)

  3. caro_carito a écrit :

    A casa, j’ai aimé les cornes de gazelle et le thé.

  4. Annie-Claude a écrit :

    Émouvant reportage que tu nous fais là. Tu as vivre des moments sympas avec ta maman.
    Ah, les pâtisseries de chez Bennis… j’ai habité tout à côté pendant 2 ans, que de souvenirs !
    Bises

  5. Kloelle a écrit :

    Il est vraiment beau ce billet.

  6. meerkat a écrit :

    C’est incroyable pour moi LaTartine, et émouvant. :-)
    J’arrive par le palais des chats que tu as montré et voilà que je découvre ces billets sur le Maroc, et Casablanca où je suis née également mais que j’ai quittée à 5 ans et et où je ne suis jamais retournée. Je vais revenir lire tranquillement, en dégustant un chebbakia.

  7. LaTartine a écrit :

    >meerkat : on s’est peut-être croisées à la maternelle … ;o)