Chez Majorelle

Publié le 22 mars 2009 dans Maroc.

Allons nous promener dans un jardin de rêve à Marrakech. C’est le jardin que le peintre Jacques Majorelle a créé dans les années 1920.
Dès l’entrée le ton est donné avec les grands pots colorés alignés sur les allées rouges.

majorelle-1

Les couleurs jaune et orange des poteries s’accordent magnifiquement avec le « bleu Majorelle », nom donné à la couleur choisie par le peintre pour sa maison et tous les murs et bordures du jardin. Et bien sûr, peindre une maison bleue dans la ville rose, ce fut un scandale à l’époque !

Majorelle 21 Majorelle 22 Majorelle 23

Une très belle collection de cactées occupe toute une partie du jardin. Il y en a pour tous les goûts : des piquants, des poilus, des pointus, des glabres, des ronds, des chevelus, des énormes, des fragiles, des plats, des tordus, des frisés…

majorelle-3

Une main d’œuvre abondante maintient les plates-bandes dans un état impeccable, trop parfait même, il n’y a pas une feuille qui traîne.

Majorelle 31 Majorelle 32

Une longue ligne d’eau part de ce kiosque coloré.

majorelle-4 majorelle-5

Et cette ligne d’eau débouche sur des bassins extraordinaires entourés d’une végétation débordante et savamment maîtrisée. Des poissons rouges nagent mollement et des tortues se prélassent au soleil. Les nénuphars ne sont pas encore fleuris. Début mars c’est encore un peu l’hiver  au pied de l’Atlas : par exemple dans les rues de Marrakech, les figuiers et les jacarandas sont encore dénudés.

Majorelle 61 Majorelle 62 Majorelle 63

Voici l’atelier du peintre converti aujourd’hui en musée.

majorelle-7

majorelle-8

majorelle-9

Dans le coin des bananiers, les cendres d’Yves Saint-Laurent reposent au pied de cette colonne. Il avait travaillé avec Pierre Bergé à la sauvegarde et la restauration de ce paradis.

majorelle-10

Ce n’est pas une note très originale, bien des touristes ont dû ramener et montrer les mêmes photos, mais ne boudons pas notre plaisir ! Si j’habitais plus près, je reviendrais souvent m’y installer pour lire, écouter les oiseaux ou même tout simplement pour ne rien faire.
Pendant la visite, j’ai beaucoup aimé un petit garçon qui réclamait à sa mère de faire un 2ème tour parce qu’il n’avait pas tout vu : je suis toujours très émue quand un enfant remarque la beauté d’un endroit. La maman avait autre chose à faire ce jour là, mais je l’ai entendue lui promettre qu’ils reviendraient très vite s’y promener. Ouf ! Et moi j’avais plus de chance car ma maman à moi avait tout son temps et nous sommes restées très longtemps dans le jardin.

(Les photos des mosaïques peuvent être agrandies en cliquant)

6 commentaires sur “Chez Majorelle”

  1. Annie-Claude a écrit :

    Toujours magnifique cet endroit. Les couleurs sont presque magiques.

  2. samantdi a écrit :

    Endroit magique que j’ai eu la chance de visiter en 1987 avec ma mère qui faisait là l’un de ses premiers voyages à l’étranger, elle en garde aujourd’hui encore un souvenir merveilleux (et moi aussi)… J’aimerais bien en effet pouvoir y rester pour lire, écouter les oiseaux…

  3. brigetoun a écrit :

    quelle merveilleuse promenade ! manquent que les odeurs et le bruit de l’eau

  4. marie a écrit :

    Je ne connais pas l’endroit, j’ai vu de nombreux reportages mais avec ton récit en fermant les yeux, les odeurs me titillent les narines et j’admire ces couleurs. Dommage que ce soit si loin, on irait volontiers passer plusieurs heures.
    bizzzzzz

  5. laTartine a écrit :

    A toutes, merci pour vos mots!
    C’est la saison des plantations! peignez donc vos pots de fleurs et transformez votre jardin ou balcon en petit paradis. J’y songe sérieusement moi aussi. Si cela se concrétise, je montrerai le résultat dans laTartine.

  6. Ibo a écrit :

    Tiens, tu es dans les bleus aussi ?
    Une des photos de ce jardin figure depuis 3 ans… dans notre cuisine ;o)
    (ton avant dernière photo mais avec un angle différent)