Tout va mal

Publié le 20 janvier 2010 dans Mauvais plans.

Inquiète ? Même pas…

Spectatrice, plutôt…

Ou mieux, embarquée parmi les acteurs d’une tragédie antique et couleur locale qui se met en place brutalement. La distribution des rôles s’est faite naturellement. L’issue semble inévitable, mais chacun va jouer sa partition.

Voilà ce qu’en dit le chœur :

Depuis plus de six mois, le peuple médusé assiste à un grand remue-ménage chez les Dieux chargés de diriger l’Entreprise. Dès sa nomination, le nouveau Jupiter, investi des pleins pouvoirs et de la confiance de l’administrateur général, a dégommé tous les dieux annexes qui ne pensaient pas exactement comme lui. Il les a remplacés par des sbires avec un slogan en trois mots comme feuille de route : Réduction des coûts.

Puis en fin d’année, Jupiter a fait savoir que les « Grenoblois » lui posaient problème (texto) et qu’il allait s’en occuper personnellement (texto encore). L’information a traversé les couloirs, certains s’en sont émus, mais la plupart ont préféré penser que c’était encore un coup d’éclat de Jupiter et qu’il n’y avait pas de menace à l’horizon.

Un mot sur les « Grenoblois » : il ne s’agit pas de l’équipe de foot locale qui empile les défaites malgré son beau stade tout neuf érigé en pleine ville. Ceux-ci ont des raisons de s’inquiéter pour leur devenir, mais c’est un autre débat. Dans le cas présent, Jupiter se préoccupe du sort d’une centaine de scientifiques dont l’implantation historique à Grenoble fait tâche dans l’organigramme de la grande Maison.

Et voici les Grenoblois catapultés dans le rôle du village gaulois ! Ils viennent d’apprendre que Jupiter a demandé un rapport qui lui dira ce que coûterait le rapatriement à Paris des troupes dissidentes (l’emploi du conditionnel permet de garder une porte ouverte). Bien sûr que les Grenoblois n’auraient pas dû être au courant de ce rapport ! Mais comme il a fallu trouver des rédacteurs qui sachent à peu près de quoi il s’agit, il y a eu des fuites.

Deux Créon ont été dépêchés ce lundi dans le « village » pour répondre à la vive émotion des intéressés. Le premier a dit aux uns qu’il ne savait rien puisqu’il n’était nommé que depuis une semaine. Argument imparable, il était néanmoins accompagné par la DRH, au cas où… Et le second a dit aux autres qu’il était là pour faire appliquer les décisions divines mais que pour l’instant il ne fallait pas s’inquiéter car rien n’était joué… C’était drôle comme ses mains n’arrêtaient pas de gigoter alors qu’il tentait d’être rassurant.

Et maintenant, le casting est en place et le scénario en route. Le chef des Grenoblois s’est enfermé dans son bureau pour écrire ce fichu rapport. Est-il prêt à défendre les compétences de son équipe bec et ongles ? Il a tous les éléments pour expliquer « combien elle vaut » plutôt que « combien elle coûte ». De leur côté, les syndicalistes prennent les choses en main et organisent des assemblées générales. Les pleureuses (qui sont en réalité des pleureurs mâles) se lamentent en passant d’un bureau à l’autre. D’autres ne perdent pas de temps et se projettent déjà dans une autre vie en astiquant leur CV. Mais la plupart des gens se sont remis silencieusement au travail, sûrement pour éviter de penser. Signe funeste, on n’entend plus celui dont le rire tonitruant s’engouffre habituellement dans le couloir : il chuchote en se tenant la côte fêlée la semaine dernière sur le verglas.

Tout va mal.

En guise de Jupiter, vous aurez le Roi Soleil sur la place Bellecour à Lyon.

7 commentaires sur “Tout va mal”

  1. Your Mirror a écrit :

    Jupiter envoie des texto ?

    Mon Jupiter à moi me boute hors de Paris, on peut peut-être les faire se rencontrer ?

  2. laTartine a écrit :

    Céline> on les mettrait dans un bateau, et ils trouveraient moyen d’essayer de flanquer l’autre à l’eau!
    Bisou

  3. Annie-Claude a écrit :

    Lamentable, écœurant, déprimant… je n’ai pas assez de mots… pffff que de gâchis…
    Après on s’étonne que ce soit chacun pour soi…
    Je pense bien à vous, c’est tout le soutien que je peux t’apporter !
    Bises à tous les 2.

  4. laTartine a écrit :

    Annie-Claude> Ne t’inquiète pas trop pour moi, le moral est bon. En écrivant un texte, je mets à distance ce qui me dérange. D’autre part,en laissant de côté toute considération liée aux compétences d’une équipe menacée d’extinction, donc si je ne préoccupe que de mon cas personnel, je me dis que c’est peut-être une belle occasion de faire autre chose de mes journées.
    Bise à toi (et merci pour le bleu de la mer sur ton blog)

  5. caro_carito a écrit :

    Evidemment on est pas dans le même olympe mais franchement ça me hérisse le poil ce leitmotiv libéral moins de côût. Pour un bon gestionnaire ça veut dire moins de coût immédiat, et où va-t-on à moyen et long terme…

  6. LaTartine a écrit :

    caro> je viens de récupérer ton comm’ dans les indésirables!!!! Si wordpress se met à faire le tri tout seul, où va-t-on?

  7. hieronima a écrit :

    Martine
    J’admire ta capacité à prendre du recul et t’à exprimer de cette façon, presque humoristique … C’est vrai que dans le contexte actuel, toute « Antigone » est
    balayée avant même son premier cri.
    Que faire ? … Courage, Martine