Pensez à vous

Publié le 26 avril 2010 dans Ailleurs, Dimanche.

Hier à midi, la voiture était garée dans le bas du village et le (court) chemin qui menait à la terrasse du bistrot-restaurant la Terrasse passait devant l’ancien  cimetière adossé à un tout petit musée ouvert en été seulement.

L’inscription inhabituelle nous a donné envie de pousser la porte en bois.

A l’intérieur, des vieilles stèles dans tous les sens noyées dans une végétation débordante, car ce cimetière fait aussi office de jardin botanique!

Un chat se prélassait sur le gravier tiède. Le lieu serein et printanier invitait à la balade.

Les dalles des tombes ont disparu ou n’ont jamais existé. Des noms et des prénoms anciens apparaissent clairement sur les inscriptions. A part quelques exceptions regrettables, les gens du pays ont vécu longtemps.

C’était drôle de trouver au milieu des stèles ces plaques transparentes qui indiquaient, en français et en provençal, le nom des plantes qui se sont installées.

Si certains sont tentés de passer l’éternité dans ce petit paradis, cela se trouve à La Roche sur le Buis, dans la Drôme provençale, à quelques km de Buis les Baronnies.

Mais avant de faire des projets d’avenir, n’oubliez pas de penser à vous, maintenant!

5 commentaires sur “Pensez à vous”

  1. brigetoun a écrit :

    me donnerais presque envie de renoncer à mon désir d’incinération (et non conservation des cendres ce que la maille ne veut pas admettre), s’il n’était certain que la possibilité de disposer de quelques mètres carrés de ce pardis n’existe pas

  2. brigetoun a écrit :

    la famille pas la maille

  3. Annie-Claude a écrit :

    Echo à ce que j’ai lu à Rome, dans un endroit que j’évoquerai un jour :

    « comme vous nous étions, comme nous vous serez ».

    Tu as raison, pensons à nous, avant qu’il ne soit trop tard..

  4. LaTartine a écrit :

    brigetoun> les inscriptions officielles ont l’air closes depuis longtemps. Reste la clandestinité sous un pied de verveine. Mais peut-on passer l’éternité sans papiers???
    Laissons la gestion de nos restes à ceux qui nous survivront! Et pour le moment, pense à toi et prends soin de toi!

    Annie-Claude> En général ,les sentences qu’on lit sur les cadrans solaires ont un contenu menaçant ou revanchard comme celle que tu cites. On en trouve plein aussi dans le Queyras. Ce que j’aime dans celle-ci, c’est son côté sympa.
    J’attends la suite de tes découvertes romaines…

  5. Pas à Pas a écrit :

    J’ai bien aimé l’idée que même les plantes portent leur nom gravé à leur pied…

    « Pas à Pas »