GR65 – saison III : Aumont-Aubrac – Conques

Publié le 5 mai 2007 dans Bons plans, Chemins de St Jacques.

En 2003, 2004 et en 2005 nos pas nous ont menés sur d’autres beaux sentiers. En juin 2006, après le bac du petit dernier, nous avons emmené sur le sentier de Compostelle Caroline qui n’osait pas partir toute seule. Comme c’était une première pour elle, on avait limité la balade à cinq jours, ce qui était assez court pour lui donner des regrets de ne pas continuer et suffisamment long en cas de fatigue. Nous sommes donc partis d’Aumont-Aubrac qui se trouve au milieu de l’itinéraire de la saison I.

Avant même de commencer à marcher, nous nous sommes lestés l’estomac avec le meilleur aligot de l’Aubrac préparé par Vincent Boussugne à la ferme du Barry. Les randonneurs en parlent encore des km plus loin sur le Chemin!

vincent-ferme-du-barry.jpg

Ensuite en suivant les marques rouges et blanches de GR et les croix qui jalonnent le Chemin, nous avons débobiné les étapes en décalant les arrêts par rapport au passage précédent, ce qui change tout. Ce fut donc : Aumont-Aubrac / Nasbinals / Saint-Chély-d’Aubrac / Espalion / Golinhac / Conques.

croix-de-pierre.jpg

croix-de-fer.jpg

Juin 2006 était déjà bien sec à la grande inquiétude des agriculteurs. Il restait encore des fleurs : nous nous sommes régalés de paysages façon Monet!

coquelicots.jpg

Cette statue à Espalion a été élevée à la gloire des joueurs de quille de huit: c’est un jeu d’adresse très physique qui consiste à lancer une boule très lourde puis le bâton sur des quilles placées de plus en plus loin.

espalion.jpg

Et la balade s’est terminée par une mémorable soirée à Conques qui mérite une note à elle seule.

Demain nous partons pour la saison IV.

8 commentaires sur “GR65 – saison III : Aumont-Aubrac – Conques”

  1. marie turpault a écrit :

    Alors la Tartine t’as tellement mal aux mollets que tes mains n’arrivent pas à nous donner des nouvelles de ta rando?
    Ou alors t’as tellement pas mal que t’as continué jusqu’à St Jacques?
    Ou alors t’es restée coincée à cause d’un alligot un peu lourd ?
    Bref DES NEWS !!!!!
    Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz
    Marie

  2. hieronima a écrit :

    Les croix pourraient être l’objet d’un poster, comme on voit des clés, serrures, fenêtres …
    Quant à l’aligot, il met l’eau à la bouche…

  3. archenault a écrit :

    Etes-vous retourner à Aumont-Aubrac ?
    Et par quel moyen si tel est le cas ?

    Merci d’avance et bonne randonnée future.

  4. LaTartine a écrit :

    > archenault : il y a une gare à Aumont-Aubrac. Nous y étions arrivés en voiture pour démarrer notre rando (c’était le moyen le plus rapide en venant de Grenoble). Une fois arrivés à Conques, nous y sommes retournés reprendre notre voiture en utilisant les services de Transbagages (c’est une des sociétés qui assure le transport de sacs sur le chemin de St Jacques).
    Mais quand j’ai le choix et surtout le temps, je préfère laisser la voiture à la maison et utiliser les transports en commun, ce qui permet de se sentir tout de suite en route!

  5. Marie a écrit :

    J’ai fait avec une amie cette année, en « saison II », Aumont-Aubrac / Conques, en 4 jours. Nous avons surestimé nos capacités (2 étapes de 33 km), et sommes arrivées fourbues, avec une collection d’ampoules. Sinon, et c’est en fait la raison pour laquelle je vous écris un mot, je confirme que l’allligot de Vincent Boussuge est merveilleux et copieux ! Un souvenir aussi marquant que les superbes villages que nous traversons !!

  6. LaTartine a écrit :

    Marie> Bien contente d’apprendre que l’aligot de Vincent est toujours aussi bon!
    4 jours, c’est juste le temps qu’il faut pour se mettre « en jambes » et oublier le poids du sac à dos… Je vous souhaite une prochaine fois avec un démarrage en douceur.

  7. annick a écrit :

    septembre 2011….l’aligot est toujours excellent à la Ferme du Barry ; point de départ de nos 9 jours de marche
    Merveilleux souvenir aussi de l’hospitalité des pélerins à Conques

  8. LaTartine a écrit :

    Annick> voilà une info qui donne envie de repartir!
    Merci pour ce mot.