Fiston, on s’en va

Publié le 15 septembre 2007 dans Açores.

- Fiston, à toi de jouer maintenant ! Nous partons demain.
- Quoi ! déjà ? Vous n’allez pas me laisser tout seul ! Je n’ai que deux mois !
- Deux mois c’est bien assez pour aller pêcher ta nourriture comme un grand. Tes grandes ailes sont faites pour ça.
- Mais… vous ne pouvez pas rester encore quelques jours ? juste le temps de m’apprendre à voler. Je ne suis encore jamais sorti du nid, attendez-moi !
- Et puis quoi encore ? Tu ne va pas faire ton Tanguy ! Cela fait 30 millions d’années que les cagarros partent vers les mers du sud quand ils estiment avoir suffisamment subvenu aux besoins de leur poussin chéri et ce n’est pas aujourd’hui qu’on va changer. Ah ces jeunes !
- …
- Arrête de soupirer, écoute-nous : quand tu quitteras le nid dans la falaise, tu voleras tout droit vers la mer. Surtout, ne va pas traîner vers les routes, on t’a déjà expliqué que derrière les belles lumières il y a des voitures qui écrasent les cagarros dans la lune. Ensuite pour nous rejoindre dans le sud, c’est facile, tu regardes les étoiles, tous les cagarros savent faire. Et si tu ne nous retrouves pas cet hiver, ne t’en fais pas, nous reviendrons au nid au printemps prochain pour pondre ta petite sœur.

cagarro01b.jpg cagarro02.jpg

Dans l’entrée du trou qui mène au nid, papa cagarro s’impatiente, il appelle sa compagne :
- Cagarra ! Dépêche-toi ma belle, viens faire tes vocalises ! On va fêter l’abandon du poussin et notre départ dans les mers chaudes. Ce soir nous allons faire un raffut du diable !
- Raoul chériiiii, j’arriiiiiiive !
- Papa maman ne me laissez pas…
- Ouakii – ouakii – ouakiii – arghh !

Fajã de São João
Fajã de São João, cliquer pour agrandir

Voici l’histoire véridique d’une petite famille de cagarros (calopectis diomedea borealis ou puffin cendré). Ce cousin de l’albatros vient passer l’été aux Açores où il retrouve ses copains d’enfance. A partir de 7 ou 8 ans il est en âge de convoler avec une jolie cagarra. Il se font une cour nocturne et bruyante – ouakii-ouakiii-arghh – avant de pondre un œuf unique qu’ils couveront alternativement pendant 55 jours par périodes de 2 à 8 jours. Le poussin est nourri par ses parents puis, abandonné début octobre, il doit se débrouiller pour partir lui aussi vers le sud. La mortalité importante des jeunes sur les routes a fait craindre une menace pour l’espèce. Les associations se mobilisent aux Açores pour diminuer l’hécatombe avec des consignes comme baisser l’éclairage public pendant la période d’envol. Quand tout va bien, le cagarro peut vivre 40 ans.

Coucher de soleil à Calheta
Le Pico, cliquer pour agrandir

Mais pourquoi laTartine s’intéresse tant au cagarro ?

Allez, vous aussi, passer une nuit sous la tente au bord de la mer et vous saurez pourquoi !
Le cagarro qui passe ses journées au large peinardement et en silence, revient vers la côte à la nuit noire en poussant des cris affreux. Il affectionne le rase-motte au dessus des tentes et tente de terroriser les dormeurs. Le régime habituel c’est un raffut de toute la colonie vers 23h suivi de quelques passages dans la nuit avant le ballet de 5 h du matin au moment de repartir en mer. Ensuite quand tout est redevenu calme, les merles prennent le relais !

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.

Comme on craignait que les cagarros nous manquent une fois rentrés dans nos montagnes, nous avons essayé de les enregistrer avec l’appareil photo (sans avoir emporté le mode d’emploi)

LaTartine a piqué la première photo sur la toile et ne se rappelle plus où.

Close
Fajã de São João
Close
Coucher de soleil à Calheta

5 commentaires sur “Fiston, on s’en va”

  1. marie turpault a écrit :

    Moi j’aime bien quand on me raconte des histoires!
    Quand en plus c’est sons et lumières…
    Quoique pour le son ça va 5 minutes au delà je ne sais pas si ma fibre écolo suffirait.
    Merci la Tartine!
    Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

  2. Annie-Claude a écrit :

    Oulala oulala
    Que je te comprends… ici, ce sont les coqs et les merles des moluques qui se relaient…
    On devrait acheter des actions Quies, tu crois pas ?

  3. bernard a écrit :

    Une fois, sur l’île de …(on n’a pas le droit d’y dormir), ce ne sont pas les carragos mais les gabians qui m’ont recrépi la tente pendant lanuit.

  4. cesone a écrit :

    Super pour votre article si bien tourner et merci de m avoir redonner l’occasion d’écouter les cris surprenent des nos amis Cagarro.

  5. LaTartine a écrit :

    cesone > merci pour votre petit mot. Moi aussi cela m’a donné l’occasion de relire cette note et de réécouter les cagarros. J’espère bien repartir un jour aux Açores!