Papa ne jouait pas du rock’n roll

Publié le 1 novembre 2007 dans Bons plans.

Il y a quelques semaines Guess Who, grand blogueur niçois, avait commis une si belle note sur un tableau du Musée du Message Biblique Marc Chagall, qu’il nous fallait absolument voir ce tableau en vrai. D’où ces quelques jours de vacances à Nice avec la visite du musée et la rencontre du blogueur !
Chance supplémentaire, c’était le dernier jour de l’expo temporaire « Monstres, Chimères et figures hybrides » qui présentait à cette occasion des tableaux grand format du Maître venant d’autres musées.
Un véritable régal!

En sortant du musée Chagall, j’ai acheté à la boutique le petit bouquin de David McNeil – le fils – qui « raconte les rares moments qu‘il a pu passer avec celui qu’autour de lui tout le monde appelait « Maître » et que lui appelait simplement papa… »

Je vous livre quelques extraits du premier chapitre. Le père et le fils attendent sur la plage « Elle », la femme de Chagall, qui nage pendant des heures :

(…) mon père sortait de ses poches des boîtes de pastels gras, ceux qui cassent dans leur gaine, toujours au milieu, même quand on n’appuie pas fort, qui colorent surtout les ongles et font qu’on sent la cire pendant au moins six mois. Grâce à ces pastels gras les galets s’ornaient vite de poissons et d’oiseaux, de mulets, de sirènes, de jeunes femmes, de jeunes filles aux torses délicats, de portraits de mon oncle dont je porte le nom, et de l’autre, le musicien, qui jouait du violon sur les toits, non pas qu’il ait été un original mais il jouait si mal que c’était le seul endroit où on tolérait qu’il prenne son instrument.

(…) Alors, pour ne pas qu’ils finissent presse-papier au Salon du livre, on balançait les galets à la mer avant qu’Elle n’arrive, faisant des ricochets.

J’ignore si le pastel gras tient longtemps quand il est dans l’eau mais chaque été des familles entières de méduses viennent du bout du monde, on croit qu’elles traînent par là pour gêner les touristes mais en fait elles se rendent au plus grand des musées de la Lithographie, le dessin sur pierre au vrai sens du mot, nous on va au Louvre, à la Tate Gallery, chez les méduses on va au musée des Méduses, c’est au milieu de ce qu’on appelle le Croc-de-Cagnes, entre le Neptune et le Mogador, et papa doit penser que c’est très bien comme ça.

Ce petit livre, lu d’une traite en sortant du musée, s’appelle « Quelques pas dans les pas d’un ange » (Folio). Mais quel rapport avec le rock’n roll ? Pour le savoir, écoutez cette vieille chanson de David McNeil qui dormait dans les précieuses archives musicales de Laurent.

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.

6 commentaires sur “Papa ne jouait pas du rock’n roll”

  1. marie turpault a écrit :

    Moi j’aime beaucoup quand tu nous racontes des histoires, et tu les racontes si bien.
    Bizzzzzzzzzz

  2. Kloelle a écrit :

    Bien contente d’entrer dans cet univers.

  3. Annie-Claude a écrit :

    Bien, ton reportage, entre textes, photos et musique !

  4. Hieronima a écrit :

    Pour les amoureux de Chagall, vous avez encore quelques jours (jusqu’au 19 Novembre) pour vous rendre à Martigny (Valais, Suisse) à la fondation Gianadda, qui expose un très grand nombre de toiles, (certaines venant de Nice) des esquisses, encres, avec un montage audiovisuel où on voit et entend « le maître » (mort à 98 ans à St-Paul de vence, en 1985)
    Citations tirées de son autobiographie, qui traduisent assez bien sa peinture :
    « Le coeur, c’est le centre de l’homme. Il ne faut pas commencer par le cérébral. Quand le coeur participe à quelque chose, la tête y participe aussi.  » et
    « L »art me semble être surtout un état d’âme ».

  5. DB a écrit :

    Je sais où aller le week end prochain. A la recherche aux trésors infinis, des vraies oeuvres sur galet du Maître Chagall !

  6. Jean-Marc a écrit :

    J’ai beaucoup aimé votre billet.
    A propos, pour ce qui a trait au tableau de Chagall dont vous avez tiré quelques fragments, ne s’agit-il pas de « Autour de Vence » ?