Une histoire presque vraie

Publié le 12 mars 2008 dans Bons plans, Venise.

Voici comment je pourrais raconter pourquoi ce blog roupille depuis l’histoire des crapauds.

On pourrait dire que cela a commencé mercredi soir dernier avec le chouette spectacle Quichotte et les Invincibles de et avec Erri De Luca et ses copains Gianmaria Testa et Gabriele Mirabassi qui chantaient et racontaient des histoires en s’accompagnant à la guitare, à la clarinette et au verre de vin rouge, dans un mélange joyeux d’italien et de français.
On pourrait dire aussi que le jeudi matin, au petit déjeuner encore, on avait encore dans la tête la voix chaleureuse de Gianmaria Testa et une irrépressible envie de partir en Italie, mais que, malgré tout, nous sommes allés chacun de notre côté vaquer à nos obligations professionnelles. On aurait tenu jusqu’au début d’après-midi avant de craquer d’un commun accord, de poser ce qu’il fallait de RTT, de se rejoindre dans la navette de l’aéroport, de sauter dans le premier aéronef en partance vers l’Italie, de survoler la Vanoise magnifique, puis une vaste mer de nuages avant de descendre en douceur sur la lagune dans la lumière du soir qui tombe.
On aurait récupéré en vitesse notre maigre bagage sur un drôle de tapis roulant et on aurait sauté dans un vaporetto prêt à partir. Cheveux au vent, on serait restés sur la plate-forme du bateau pour savourer l’instant et voir s’approcher Venise. On aurait débarqué à la nuit tombée Place San Marco et on aurait rejoint à pieds un petit hôtel dans le quartier de Cannaregio.

Personne ne va croire à cette histoire, alors, voici des preuves :

La Vanoise enneigée et la Lagune. L’avion était rempli au tiers, à peine.

vanoise.jpg venise-d-en-haut.jpg

Le tapis roulant de l’aéroport Marco Polo invite au jeu, j’avais misé sur le rouge pair et Laurent sur le noir et on a perdu tous les deux, le sac est arrivé sur un rouge impair.

tapis-roulant.jpg

L’arrivée en Vaporetto. Au loin dans notre dos, on voyait les Alpes enneigées toutes proches.

arrivee-a-venise.jpg

Un canal étroit canal, la nuit, à deux pas de l’hôtel. De façon générale, l’éclairage plutôt chiche des ruelles et des canaux entretient le mystère de la nuit.

nuit-1.jpg

Dernière preuve: ce qu’on voyait par la fenêtre de la chambre.

calle-del-volto.jpg

Ce qui est juste un peu inventé, c’est l’absence de préméditation du périple, mais, cela faisait tellement longtemps que tout cela était réservé (les bonnes affaires d’Air France, ça se prépare très longtemps à l’avance), qu’on peut se dire qu’on avait oublié qu’on l’avait fait … et que cela me fait plaisir de relier cette escapade au beau spectacle de la veille.

4 commentaires sur “Une histoire presque vraie”

  1. Annie-Claude a écrit :

    Que je t’envie !!!
    c’est mon fantasme absolu, dès que j’approche un aéroport : choisir une destination sur le panneau d’affichage, et filer !
    L’Italie, c’est une des destinations prioritaires quand on rentre..
    Bises

  2. Guess Who a écrit :

    J’ai même commencé à vous plaindre … juste au début … après je râle car tu aurais pu nous donner l’adresse de l’hôtel !

  3. laTartine a écrit :

    Hein ! ça fait rêver !!!!
    Ce petit hôtel simple, bien agréable et super bien situé est à recommander :
    http://www.hotelboccassini.com/fr/index.htm
    A suivre, demain soir.

  4. marie turpault a écrit :

    Cela fait rêver bien sur mais as-tu fait un petit tour en gondole accompagné de chansons ? (juste pour le mythe)
    As-tu eu le temps de visiter quelques musées, les célèbres verreries etc ..
    L’italie a un charme fou et tellement de choses à voir.
    On attend la suite
    Bizzzzzzzzzz