Gateau cannelle-noix et abributourisme

Publié le 6 décembre 2006 dans Bons plans, Dessert, Dimanche, Recettes.

menagerede50ans.jpg

Fouetter jusqu’à mélange mousseux

  • 4 oeufs + 350 g sucre

Ajouter

  • 1 verre d’huile
  • 350 g farine + 1 sachet de levure
  • 1 cuillère à soupe cannelle
  • 1 poignée de noix concassées
  • 2 ou 3 pommes coupées en petits dés
  • schnaps ou rhum

Cuisson 50′ four moyen

Cette recette a été échangée un jour d’Abributourisme. Voici les règles de l’abributourisme qui est une forme de voyage expérimental:

Enoncé : balade un dimanche en hiver dans la verte campagne

Matériel : des amis qui n’habitent pas dans la même ville, une carte IGN au 25000ème, un pique-nique au fond des sacs

Méthode : se pratique en plusieurs manches

  • Donnez rendez-vous à vos amis devant l’église, dans un village inconnu de tous, à mi-chemin de vos domiciles. La première épreuve consiste à arriver à l’heure dite sans rater la bonne sortie d’autoroute et sans sous-estimer ni surestimer le temps de trajet sur les petites routes. Pour mettre du piquant, vous pouvez choisir un village sans église ou avec deux églises.
  • Si vous vous êtes retrouvés, la balade peut commencer. Partez droit vers le sud. Si ce n’est pas possible, partez où vous pouvez mais prétendez que c’est vers le sud, vous êtes en hiver, ne l’oubliez pas. Si la majorité des participants a le sens de l’humour, ne regardez pas la carte, ou faites seulement semblant de savoir où vous allez. Ne prenez pas de risques si vous avez des doutes sur la capacité des amis à apprécier d’être perdu.
  • Pour passer à la deuxième épreuve, le vent froid doit se lever pour rendre le pique-nique impossible. De toute manière, c’est trempé par terre. Les voitures sont trop loin, les estomacs se rebellent, il n’y a pas d’espoir de trouver un bistrot, les indigènes sont terrés dans leurs fermes protégées par des chiens hargneux : il faut donc chercher un abribus pour manger. Rejoignez une départementale avec l’espoir que le conseil général a veillé au confort des gamins qui attendent au tout petit matin le car du ramassage scolaire.
  • La troisième épreuve est le pique-nique avalé en vitesse parce qu’il fait vraiment trop froid. Si un participant a pensé au café chaud, il aura droit à la reconnaissance de tous les autres. De même, gratitude assurée à celui qui sort de son sac un bon gros gâteau. C’est fou comme les petites choses prennent de l’importance quand les conditions sont difficiles.
  • Sur le chemin du retour, vous vous demanderez pourquoi vous ne vous êtes pas retrouvés au chaud dans une maison ! Prévoyez de vous revoir en été.

Les commentaires sont fermés.