Petropavlosk-Kamtchatsky [4]

le 14 septembre 2010, par LaTartine

C’est une maison bleue accrochée à la colline… Cette grande maison en bois est typique avec son toit en tôle et ses jolis parements de façade.

Une maison bleue

Même les petites isbas ont des encadrements de fenêtres décorés. Des doubles fenêtres protègent celle-ci du froid.

Fenêtre

Les maisons en bois un peu anciennes souffrent du manque d’entretien, dû sans doute à un manque de ressources de leurs habitants. Mais nous avons admiré sans réserves l’état des jardinets où des fleurs éclatantes se mêlent aux légumes et aux framboisiers vigoureux. Les plantes savent bien qu’elles n’ont pas de temps à perdre pour séduire l’insecte pollinisateur car la belle saison est très courte.

Un jardin

La petite production familiale est ensuite vendue dans les rues ou au marché, mais le gain sera maigre…

Vendeurs de légumes

Vendeurs de baies

A l’opposé de ces tout petits commerces, voici une image de la Russie moderne avec la pub de ce magasin qui vend « tout pour le pique-nique »!

Tout pour le pique-nique

Close
Une maison bleue
Close
Fenêtre
Close
Un jardin
Close
Vendeurs de légumes
Close
Vendeurs de baies
Close
Tout pour le pique-nique

La vie en rose !

le 13 septembre 2010, par LaTartine

C’était dimanche à Lyon, par très beau temps, avec le défilé de la biennale de la danse. La consigne était de sortir le moral des chaussettes en « mettant en scène le bonheur ou plus modestement les petits bonheurs ». Et il fallait être un grincheux indécrottable pour résister à la  bonne humeur des centaines de participants.

Bang bang Bang bang Envol'émoi
La légende de Triparasundari Je marche moi non plus La vie en rose!

Cela faisait du bien de voir autant de personnes de tous les âges, heureuses de se déguiser et de danser dans la rue. Et qu’on se le dise : le sourire c’est contagieux !

Mon coeur qui bat la la la... La Rose des Fables Bulles de Bonheur
Rose Dézir You'd Better Pink! pink! pink! La Rose des Fables

Encore plus de photos sur le site de la biennale à la rubrique « Concours » et pour ceux que l’expérience tente, la prochaine fois c’est dans deux ans.

Close
Bang bang
Close
Bang bang
Close
Envol'émoi
Close
La légende de Triparasundari
Close
Je marche moi non plus
Close
La vie en rose!
Close
Mon coeur qui bat la la la...
Close
La Rose des Fables
Close
Bulles de Bonheur
Close
Rose Dézir
Close
You'd Better Pink! pink! pink!
Close
La Rose des Fables

Petropavlovsk-Kamtchatsky [3]

le 6 septembre 2010, par LaTartine

La photo ci-dessous est représentative de l’habitat urbain car on retrouve ce genre d’immeubles sympathiques dans toute la ville. Et même aussi à l’extérieur de la ville, dans des cités dortoirs sinistres au milieu de la nature, au bord de la route.

IMG_1140

Entre les rangées d’immeubles, l’herbe pousse sans crainte de la tondeuse, les fleurs sauvages aussi (des épilobes, comme dans les Alpes). Le linge sèche et dans la lumière de la matinée, l’endroit parait riant.

IMG_1122

Mais nous n’avons pas été introduits derrière ces façades trop souvent désespérantes. Nous n’avons donc aucune idée de l’état des appartements. De l’extérieur, on voit souvent sur la même façade des fenêtres refaites à neuf côtoyer des huisseries qui n’en peuvent plus et même des carreaux bricolés ou remplacés par un plastique. Les cages d’escalier ont la réputation d’être dans un état épouvantable même quand les appartements sont nickels derrière les portes.
Ci-dessous, à un bloc l’un de l’autre, la version crade et la version pimpante du même bâtiment. Comme quoi un coup de peinture améliore bien les choses !

IMG_1162 IMG_1163

Certains immeubles sont protégés du froid par des plaques de métal, comme on peut le voir chez nous dans l’habitat rude du haut Languedoc.

IMG_1146

J’aime particulièrement celui-ci tout rouillé avec ses voiles bariolées et sa fière allure de vieux cuirassé qui a résisté aux tempêtes ! De la musique sympa sortait par les fenêtres ouvertes.

IMG_1125

Si on revient sur la première photo de la note, elle est typique, car au premier plan devant les immeubles, on voit une rangée de baraques qu’on pourrait prendre pour des garages. A l’autre bout de la Russie, à Moscou, des rangées interminables de baraques du même genre ont constitué notre première vision depuis le train qui mène de l’aéroport au centre ville. En fait ce sont à la fois des garages pour les habitants des immeubles, et aussi des espaces de rangement, et aussi des mini ateliers. A Petropavlosk, en cherchant un chemin pour grimper au sommet de la colline des relais, nous avons suivi cette longue allée de baraques. Elles n’étaient pas toutes fermées : dans certaines, des gens bricolaient.

IMG_1131

Et d’autres sont équipées de poêles de chauffage.

IMG_1136

Mais ce qui est désolant, c’est qu’à plusieurs reprises, nous avons trouvé un tas de détritus au bout de la rue !
Mais peut-être que dans dix ans ou moins, un bistrot panoramique viendra s’installer au bout de l’une ou l’autre de ces impasses !

IMG_1135

La prochaine fois je montrerai des isbas (à suivre). Toutes les photos sont agrandissables.

Petropavlovsk-Kamtchatsky [2]

le 2 septembre 2010, par LaTartine

Nous avons eu deux occasions d’aller à PPK : au milieu du voyage et le dernier jour. Nous logions alors dans un petit hôtel vers le sud, et il suffisait de prendre le bus 111 qui menait en 45 mn à la gare routière. Une autre façon de se déplacer, couramment pratiquée en Russie, aurait été de tendre le bras sur le bord de la route et de négocier (en russe…) le prix du transport avec les voitures qui s’arrêtent. Nous avons choisi le bus (par facilité) et c’était déjà tout un programme. Les bus directement importés de Corée sont tous munis de petits rideaux mimis tout plein ! Dans certains bus de ville, personne n’a pris la peine d’enlever les pancartes et autocollants indiquant en coréen le trajet que faisaient les bus dans leur première vie.

IMG_0697

C’est pareil pour les voitures : la majorité des voitures importées d’occasion du Japon, sont équipées pour rouler à gauche avec le volant à droite.

IMG_0728

Voici l’ami Lénine qui continue à veiller sur la ville, affublé d’une cape de Zorro ! Son regard porte loin vers la baie.

IMG_0704

La ville s’étend anarchique sur des kilomètres. Un long boulevard la traverse d’un bout à l’autre. C’est là qu’on trouve les commerces, pour la plupart installés dans des immeubles au milieu des appartements. Une enseigne, clinquante ou vraiment très discrète, indique alors que c’est un magasin. Sinon, quelques galeries marchandes voyantes commencent à s’installer en plein milieu de ce désordre. Les chaussées sont très en mauvais état, mais faut penser que la moitié de l’année, elles disparaissent sous la neige.

IMG_0729

Plus surprenant : il n’y a rien pour relier ce qu’on pourrait appeler des quartiers, s’il y a jamais eu un jour un plan d’urbanisme. Du haut de la colline des relais, nous avons essayé de visualiser une rue ou un chemin par où passer, et à plusieurs reprises, nous nous sommes retrouvés au milieu des champs.

IMG_1134

Comme il faisait beau, le jeu de piste était plutôt drôle, mais comment font les gens ?

IMG_1161

De haut, nous avons aperçu des quartiers récents mais excentrés. Nous n’avons pas cherché à y aller car nous étions plus intrigués par l’habitat occupé par la majorité des habitants de Petropavlovsk : les immeubles et les maisons en bois qui feront l’objet des deux prochaines notes.

A suivre donc.

Petropavlovsk-Kamtchatsky [1]

le 1 septembre 2010, par LaTartine

Le 6 septembre 1787, la Boussole et l’Astrolabe, les deux frégates de l’expédition de La Pérouse font une pause dans la baie d’Avatcha. Elles sont parties de Brest deux ans plus tôt, ont passé le Cap Horn, sont remontées jusqu’en Alaska, ont traversé le Pacifique en diagonale jusqu’aux Philippines et sont remontées de l’autre côté jusqu’aux limites orientales de la Russie. Pour le compte de la France, il s’agissait de compléter les découvertes de Cook, d’ouvrir de nouvelles routes maritimes et d’établir des comptoirs commerciaux. Et comme cela se faisait à l’époque, des cartographes et des scientifiques faisaient partie de l’expédition.

Les marins de La Pérouse découvrent une baie accueillante et un port bien mieux protégé que tous autres abords du Kamtchatka. Les Français sont très bien reçus par le gouverneur russe qui les aide à se ravitailler. Pourtant Saint-Pierre et Saint-Paul n’est qu’un petit village.

JB de Lesseps, dont je parlerai plus loin, note dans son journal :

« Il serait très possible que les voyageurs qui y aborderont un jour après nous, croyant ne trouver que cinq à six maisons, soient surpris d’y découvrir une ville entière, bâtie en bois, mais passablement fortifiée. »

Voilà pour l’Histoire. Allons faire un tour dans le Petropavlovsk de 2010 et commençons par la baie scintillante sous le soleil du mois d’août. Latitude : 53°. La même latitude que Berlin.

IMG_0721

Depuis la colline du relais des télécommunications, on voit l’entrée de la baie. De l’autre côté, c’est le Pacifique et ses eaux froides pleines de méduses. A l’époque, seul un petit port existait, bien protégé par la langue de terre au premier plan sur la photo.

IMG_1141

Maintenant c’est un port de commerce qui ravitaille une ville de 200 000 habitants. C’est la seule ouverture maritime significative du Kamtchatka. Il n’y a aucun accès par la route en provenance du continent asiatique.

IMG_0717

De l’aéroport, on voyait les deux volcans qui dominent la rive nord et la ville. En face, au delà de la rive sud, il y a aussi des volcans très actifs. Je raconterai comment nous les avons vus de près. En face, bien cachée dans un des replis de la baie, se trouve une base militaire bien gardée. Il y a 20 ans, le Kamtchatka tout entier était encore interdit d’accès aux russes comme aux étrangers.

IMG_1143

La baie se termine par un vaste espace de marécages. J’ignore s’il y a des marées.
Ce jour là, nous étions trois à découvrir Petropavlovsk, munis d’un plan qui tenait plus de la vue d’artiste que d’une carte précise. Un véritable jeu de piste ! Après maints détours, nous nous sommes retrouvés sur un des pontons du port de pêche qu’on voit sur la photo ci-dessous.

IMG_1132

À l’entrée du ponton, ça mord bien ! les pêcheurs sortent des petits poissons les uns après les autres.

IMG_1158

Mais l’autre bout du ponton a l’air quelque peu abandonné… Ce fut l’endroit idéal pour un casse-croûte ensoleillé. Qui a dit qu’il pleuvait tout le temps au Kamtchatka ?

IMG_1157

A suivre. Dès demain, je vous emmène « en ville ».

Déjà le retour

le 29 août 2010, par LaTartine

Déjà une semaine que nous sommes rentrés ! Comme ces vacances ont passé vite… Comment se remettre de ces trois semaines au grand air dans des paysages immenses ? Depuis notre retour, je me suis surprise à chercher des fumerolles au sommet des montagnes qui entourent Grenoble. Parce que là-bas, les volcans fumaient presque tous !

Une petite photo ? C’est la dernière, elle a été prise alors qu’on attendait le départ dans l’aéroport de Petropavlosk-Kamtchatski. Au fond, deux volcans bien actifs (3456m, 2741m) surplombent la ville construite au bord d’une baie magnifique. Tu voudrais savoir où c’est ? C’est tout à l’est de la Russie, et, patiente un peu, laisse moi le temps de trouver des jolies cartes et de réfléchir à la façon de raconter ce qui nous a émerveillés.

En vacances !

le 28 juillet 2010, par LaTartine

Les sacs sont prêts et nous aussi!

Ce n’était pas prévu comme ça, mais la première étape des vacances sera vraisemblablement accablante. Ici quelques photos et ailleurs des articles qui disent tous la même chose: « Moscou est recouverte d’une épaisse pollution provoquée par des feux de tourbières aux alentours de la capitale et par une canicule sans précédent ».

Si on ne peut pas trop sortir, ce sera l’occasion de passer à la phase pratique de l’apprentissage du russe après six mois en tête à tête avec ma méthode à mimile (je suis très fière d’avoir persévéré jusqu’à la leçon 25). Néanmoins, le choc sera rude, mais c’est comme ça qu’on apprend!

Mais ce ne sera qu’un prélude de trois jours, c’est ensuite que les choses intéressantes commenceront.

A bientôt fin août sur laTartine pour la suite des aventures!

(vacances 2009: un petit paradis dans le Tarn)